Les archives

Les archives de l’église française de Berlin

Les archives de l’église française de Berlin

Les archives de l’église française de Berlin

Les archives de l’église française de Berlin abritent la mémoire d’un grand nombre de paroisses réformées de l’époque, celles-ci existant encore de nos jours. Depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, on en a fait les archives centrales de la paroisse réformée de l’EKBO [église protestante de Berlin-Brandebourg] et elles sont à la disposition de la recherche scientifique.

Les archives se sont toujours trouvées à proximité de l’administration de l’église française à Berlin. Jusqu’en 1874, le siège principal de l’administration avec le lycée français et le Séminaire de théologie se trouvait dans la Niederlagstraße 1-2. En 1872, le terrain a été cédé au prince héritier, le futur empereur Frédéric III (l’empereur des 99 jours) afin qu’il puisse y faire construire son palais. Ensuite, le site des archives a changé plusieurs fois, jusqu’à ce qu’en 1929 il ait été transféré dans les pièces réaménagées dans le Temple français (tour).

Le 24 juin 1944, le Temple français a été lourdement endommagé par des bombes incendiaires. Une partie des archives a été détruite puisque l’on ne les avait pas évacuées au préalable. Un fonds important, comme les livres d’actes de l’église, les registres paroissiaux et les documents de la plupart des institutions sociales a cependant été conservé. Ces documents anciens correspondent aux archives relatives à l’histoire des Huguenots en Brandebourg-Prusse (affaires juridiques, nominations d’hommes d’église, des médecins, des cantors et les enseignants ainsi que tous les documents consacrés à l’installation des Huguenots), ceux-ci s’étant initialement également trouvés dans les bâtiments du consistoire et étant depuis 1846 conservés dans les archives nationales secrètes du patrimoine culturel de Prusse.

Depuis les années quatre-vingts, les archives anciennes et les registres paroissiaux des paroisses françaises réformées de Battin, de Bergholz, de Gramzow, de Potsdam et de Strasbourg/Uckermark ont été incorporées aux archives. Dans les années quatre-vingt-dix, les archives conservées de la communauté française réformée de Groß Ziethen, de Schwedt et d‘Angermünde ainsi que les stocks des communautés réformées de Brandebourg, de Berlin-Bethlehem, de Berlin-Köpenick, de Hohenbruch et de Prenzlau ont été transférées vers les archives. En 1994, les registres paroissiaux des communautés ont été mis sur microfiches et ils peuvent être consultés dans les archives d’église du land de l’EKBO [église protestante de Berlin-Brandebourg]. Les originaux ne sont pas accessibles.